Mon compte

Appelez-nous
Prendre rendez-vous en ligne

Calculez votre IMC

Masculin    Femme

cm

kilos

kilos

Nouvelles

.

Recettes légères et savoureuses

Recettes pour la Saint Valentin

En savoir plus ...

Actualités Scientifiques

Une jolie vidéo qui explique la glycémie.

En savoir plus ...


Voir toutes les nouvelles ...

Accueil » Comportement alimentaire » Boulimie - Modèles

Quels modèles pour la boulimie ?

Un des modèles les plus connus pour la boulimie est le modèle de Fairburn qui prend comme base les distorsions cognitives par rapport à la silhouette et au poids. 

Boulimie - Modèles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans ce modèle, la caractéristique principale est la préoccupation excessive par rapport à la silhouette et au poids découlant d’une évaluation de soi négative.

Le facteur déclenchant du trouble est un des nombreux régimes disponibles sur le marché et régulièrement promu par la presse féminine comme une solution aux problématiques de silhouette et de poids.  

La plupart des personnes atteintes de boulimie ont donc commencé par une phase restrictive, parfois par une véritable anorexie.

Les phases restrictives  induisent des déséquilibres nutritionnels et/ou  des carences en glucides, lipides voire une dénutrition. Les crises de boulimie sont la conséquence de ces restrictions caloriques sévères associées au perfectionnisme et à la pensée dichotomique.

Cela fonctionne sous la forme d’un balancier.

Boulimie - Modèles

Plus l’effort pour réduire l’alimentation est soutenu, et plus les scrupules à manger sont sévères, plus forte sera la crise suivante par simple balancier.  

La crise est une réaction normale de l’organisme face à ces carences qu’il ne peut supporter, mais elle s’accompagne d’émotions et pensées négatives : peur panique de grossir, honte et culpabilité de s’etre laissé aller à manger autant, révolte contre soi et contre sa faiblesse. 

Après un crise la motivation à se restreindre à nouveau et à résister à l’envie de manger sont maximales. La crise entretient donc les comportements restrictifs et le risque de dénutrition.

Dans certaines conditions la crise peut être lié à toute sorte de situations émotionnellement intenses, elle devient la réponse universelle, et parfois automatisé au mal être. 

La crise de boulimie apparait lorsque les émotions négatives diminuent le contrôle que la personne a sur son régime. La crise diminue ponctuellement et met à distance ces affects négatifs, provoque une somnolence, mais entretien par la suite le cercle vicieux :  régime et comportements compensatoires comme les vomissements, les laxatif ou le sport à outrance.

Enfin la crise mine régulièrement le sentiment et la capacité à se contrôler, et entame ainsi la confiance en soi car elle s’accompagne de honte et de dépréciation personnelle.

La dichotomie et le perfectionnisme entretiennent ce phénomène.

Lorsqu’une des règles strictes que s’impose la personne boulimique est transgressée, même faiblement, cette dernière se voit comme ayant réduit son régime à néant. Elle réagit en abandonnant totalement ses tentatives de restriction alimentaire, puisque dans son mode de pensée, tout ce qui n’est pas parfait est sans valeur. Cela donne par exemple : « Puisque j’ai mangé un biscuit, je peux manger tout le paquet car le mal est fait, ce n’est donc plus la peine de résister. »

Enfin les vomissements représentent un élément de gravité supplémentaire. En vidant l’estomac de son contenu ils évitent une prise de poids supplémentaire, mais entrainement en même temps une dénutrition plus rapide e s’associé à des pertes importantes en sels minéraux.

Bien qu’ils apportent un bref soulagement de l’angoisse ils sont presque toujours perçus comme un acte dégradant, et portent atteinte à l’image de soi.  Ils sont un des facteurs d’entretien des crises de boulimie.

 

Quels modèles pour la boulimie ? (faire une page internet)

 

Un des modèles les plus connus pour la boulimie est le modèle de Fairburn qui prend comme base les distorsions cognitives par rapport à la silhouette et au poids.

 

Dans ce modèle, la caractéristique principale est la préoccupation excessive par rapport à la silhouette et au poids découlant d’une évaluation de soi négative.

Le facteur déclenchant du trouble est un des nombreux régimes disponibles sur le marché et régulièrement promu par la presse féminine comme une solution aux problématiques de silhouette et de poids.  

La plupart des personnes atteintes de boulimie ont donc commencé par une phase restrictive, parfois par une véritable anorexie.

 

Les phases restrictives  induisent des déséquilibres nutritionnels et/ou  des carences en glucides, lipides voire une dénutrition. Les crises de boulimie sont la conséquence de ces restrictions caloriques sévères associées au perfectionnisme et à la pensée dichotomique.

 

Cela fonctionne sous la forme d’un balancier. (refaire le dessin !! car la photo est pas jolie, et retapper les carrés.

 

 

 

http://www.dietetique-toulouse.fr/
Copyright © 2012 | Web Design ISEOM